Plumes francophones : Kamel Daoud, Kaouther Adimi, Karim Amellal et Alice Zeniter

Publié Le 12th September, 2017
Share Button

D’une rive Ă  l’autre, les plumes ancrĂ©es dans l’encre hexagonale Ă©patent leurs lecteurs potentiels durant la rentrĂ©e littĂ©raire française qui bat en ce moment son plein. Sans aborder le sujet de l’effroyable guerre d’AlgĂ©rie, les deux Ă©crivains francophones de nationalitĂ© algĂ©rienne : Kamel Daoud et Kaouther Adimi, par le prisme de leurs hĂ©ros atypiques, dressent le portrait d’une nouvelle AlgĂ©rie qui, hĂ©las, ne lit plus.

Kamel Daoud Zabor ou les psaumes”

kamel daoud zabor les psaumes barzakh transfuge 2017AprĂšs Meursault, contre enquĂȘte, l’aurĂ©olĂ© du Goncourt du premier roman en 2015, Kamel Daoud publie en 2017 chez  ’’Barzakh’’ en AlgĂ©rie, ‘’Actes sud’’ en France et ‘’CĂ©rĂšs Editions’’ en Tunisie Zabor ou les psaumes. Ce roman, disponible aussi bien dans son format papier que dans le format numĂ©rique, a dĂ©jĂ  dĂ©crochĂ© le Prix Transfuge du meilleur roman de langue française 2017.

AprĂšs la mise en scĂšne de Haroun qui relate le rĂ©cit de son frĂšre Moussa (personnages de Meursault contre enquĂȘte), nous lisons cette fois-ci le rĂ©cit de Zabor, l’enfant sage et mystĂ©rieux ayant grandi « à l’écart de son village, aux portes du dĂ©sert, dormant le jour, errant la nuit ». Ces interfĂ©rences littĂ©raires, culturelles, historiques et mĂȘme religieuses dotent l’écriture de Kamel Daoud d’un esthĂ©tisme (ou mysticisme ?) qu’on ne voit nullement ailleurs. Cette technique a Ă©tĂ©, certes, instaurĂ©e par Salim Bachi qui a publiĂ© un tas de roman durant la prĂ©cĂ©dente dĂ©cennie, mais Kamel Daoud semble prendre le relais et avancer Ă  un rythme sans Ă©gal.

Kaouther Adimi Nos richesse”

kaouther adimi nos richesses seuil barzakh 2017 goncourt renaudot librairie algerieLa jeune algĂ©roise qui a quittĂ© La Blanche juste aprĂšs la publication de son premier roman Des ballerines de papicha chez Barzakh en 2010, a rĂ©ussi Ă  se frayer un chemin vers la notoriĂ©tĂ© internationale. En 2011, elle rĂ©Ă©dite son premier roman chez Actes Sud sous le titre L’envers des autres mais le contenu reste, plus ou moins, intact. AprĂšs 4 ans d’abstention, son deuxiĂšme roman Des pierres dans ma poche bĂ©nĂ©ficie d’une double Ă©dition. PubliĂ© d’abord aux Ă©ditions du Seuil en 2015, Barzakh se charge de sa rĂ©Ă©dition. Un rĂ©cit qui a insufflĂ© un nouvel air Ă  la littĂ©rature algĂ©rienne et a marquĂ© un point positif dans la biographie de sa jeune auteure. Une amĂ©lioration de son style qui devient plus fluide et Ă©galement plus littĂ©raire y a Ă©tĂ© repĂ©rĂ©e.

Pour la rentrée littéraire 2017, elle publie Nos richesses aux éditions du Seuil et chez Barzakh qui a parrainé ses deux opus. Roman qui, dÚs la premiÚre semaine de sa mise en vente, a été retenu pour la premiÚre sélection des prix : Goncourt et Renaudot.

Alice Zeniter L’Art de perdre”

alice zeniter lart de perdre flammarion prix le monde libraire de nancy 2017A l’autre rive de la mĂ©diterranĂ©e, Alice Zeniter, petite-fille de harki, publie chez Flammarion son cinquiĂšme roman. Elle y raconte la culpabilitĂ© de ceux qui, pour des raisons purement pragmatiques, se sont rangĂ©s du cĂŽtĂ© de la France lors de la guerre d’AlgĂ©rie. N’ayant comme hĂ©ritage identitaire qu’un nom de famille, cette jeune auteure française d’origine algĂ©rienne fait le rĂ©cit des siens, ces prisonniers d’un passĂ© qui les piĂ©tine, ronge, torture et condamne Ă  perpĂ©tuitĂ©. Roman qui lui vaut le Prix littĂ©raire Le Monde et le Prix des Libraires de Nancy.

Karim Amellal ” Leur pays retrouvĂ©”

karim amellal leur pays retrouve editions de laube 2017 rentree litteraire francaiseCo-fondateur du collectif d’écrivains et d’artistes Qui fait la France, enseignant Ă  Science-Po Paris, entrepreneur et auteur de CitĂ©s Ă  comparaĂźtre roman publiĂ© chez Stock en 2006 et de Blanc Bleu Noir paru aux Ă©ditions de l’Aube en 2016, Karim Amellal confie son troisĂšme roman Leur pays retrouvé aux Ă©ditions de l’Aube. Dans ce roman, l’écrivain Franco-algĂ©rien, nĂ© Ă  Paris en 1978, scolarisĂ© en AlgĂ©rie Ă  Alexandre Dumas-Ben Aknoun, puis Ă©tabli en France dĂšs l’ñge de dix ans, raconte l’état d’ñme des vieux algĂ©riens rentrĂ©s enfin chez eux aprĂšs avoir passĂ© maintes annĂ©es en France. Ce rĂ©cit dĂ©crit le malaise et le chagrin qu’ils Ă©prouvent quand ils affrontent l’amĂšre rĂ©alitĂ© d’une AlgĂ©rie qui ne garde de son identitĂ© que les noms des ruelles.

Ce roman, contrairement Ă  ce qui Ă©tait prĂ©vu, ne sera pas prĂ©sent au 22Ăšme Salon International du Livre d’Alger 2017 qui se dĂ©roulera au Palais des Expositions comme chaque annĂ©e. Laura Imbert, l’assistante de communication des Ă©ditions de l’Aube dĂ©clare : « Cette publication a pris du retard et a dĂ» ĂȘtre dĂ©calĂ©e » et s’excuse en enchaĂźnant : « pour l’instant, nous n’avons pas de date de publication » alors que le manuscrit ainsi que la quatriĂšme de couverture sont bel et bien prĂȘts.

Share Button
1298 Total Views 33 Views Today