Saviez-vous que, curieusement, les marchés à fort potentiel pour les téléphones mobiles n’utilisent presque aucune apps ?

A vous qui êtes fan de technologie et d’applications, peut vous semblez cette donnée particulière irréelle, mais les statistiques ne manquent pas, et que deux des marchés qui connaissent un développement rapide des téléphones cellulaires commercialisés actuellement : l’Afrique et l’Asie, ne sont pas très importants en termes d’applications. Consultez la rubrique un peu plus en détail.

Les plus grands marchés des mobiles n’utilisent pas d’applications mobiles

 

carte mobiles

 

Selon un récent rapport par Mediaworks Opera, l’activité majeure Internet par le biais de téléphones cellulaires dans ces continents transite par les sites web et non par le biais d’applications mobiles.

Tant en Asie qu’en Afrique, la navigation des sites web correspond à 90 % et 96 % respectivement de toutes les consultations par mobiles au deuxième trimestre de cette année.

alors que l’utilisation des mobiles pour la navigation à travers les applications atteint  91 % aux Etats-unis et dans le monde occupent 56 % alors que les sites web s’accaparent le reste.

Une autre chose surprenante est que l’Asie et l’Afrique ont une très grande pénétration du marché mobile, d’une part, l’Asie est la maison de deux des marchés les plus importants des mobiles dans le monde à savoir la Chine et l’Inde, alors qu’en Afrique, des pays comme le Nigéria et l’Afrique du Sud sont au même niveau que les États-Unis.

 

à quoi cela est dû?

 

mobiles apps

 

Les experts argumentent, que l’une des raisons qui pourraient expliquer ces fait, est que les téléphones mobiles sont plus couramment utilisés dans ses régions. Une grande partie des consommateurs de ces gadgets en Afrique et en Asie-Pacifique utilisent des portables bas de gamme avec des fonctions très limitées car les prix bas leur permettent d’épargner.

C’est ce qui explique que la majorité du trafic est généré par le biais de pages web, alors que les smartphones moyen haut de gamme font davantage appel aux applications.

Il faut tenir en compte également qu’une grande partie de la population du continent africain est analphabète, dans les pays comme l’Ouganda, le nombre devient 1/3 de la population actuelle et l’utilisation d’applications mobiles d’un smartphone s’avère très compliquée pour beaucoup d’africains.

En outre, la vitesse du débit internet ne permet pas d’améliorer les délais de réponse lors d’utilisation des applications, avec l’hypothèse que cela se reformera alors on pourra constater une amélioration dans cet aspect, et au rythme auquel le marché approche d’arriver à sa maturité, cette hypothèse pourrait se réaliser bientôt.

 

Loading Likes...

Laisser un commentaire